10 Décembre 2018

« Une marée montante soulève tous les bateaux, tant que vous avez un bateau »

Cet adage populaire reflète un thème central abordé par les universitaires et les leaders de la communauté réuni.e.s à l’Université Memorial, à Saint-Jean de Terre-Neuve, dans le cadre des Forums du futur de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Il s'agissait d'un commentaire particulièrement à propos lors de la discussion sur l'excellence inclusive et le leadership engagé.


 « C’est une communauté très étroite, ce qui constitue une force à mon avis. Cela est aussi très pertinent par rapport aux thèmes dont nous discutons », a déclaré Mark Shrimpton, directeur de Stantec Consulting et associé professionnel au Harris Center, plaque tournante des politiques publiques et du développement régional de l’Université Memorial.

 « Nous nous retrouvons avec un groupe de personnes qui sont reliées par cet endroit - cela est particulièrement vrai pour les îles - qui établissent des liens et ont une cause commune, mais des points de vue différents ». 

Dans une salle de conférence donnant sur le port et le centre-ville de Saint-Jean, les participant.e.s ont mis l’accent sur le caractère rural de Terre-Neuve-et-Labrador, soulignant que les leaders - locaux ou nationaux - doivent tenir compte de cette ruralité dans l’élaboration des politiques affectant la province. 

Barbara Doran est fondatrice et présidente de Morag Loves Company, une compagnie de production cinématographique, et est mentore 2017 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Elle n’a pas hésité à rappeler les lacunes du passé et à décrire les défis à venir alors que la province se tourne vers un avenir plus participatif et collaboratif. 

« Il suffit de regarder l'historique des erreurs commises par la province pour comprendre que si nous avions un leadership solide issu de la démocratie participative, nous serions peut-être dans une meilleure situation que nous le sommes aujourd'hui », a soutenu Doran. 
« C’est une bonne chose que ces consultations incluent des représentant.e.s de divers secteurs », a-t-elle déclaré, notant que les progrès nécessiteront une coopération intersectorielle et devront inclure la communauté des affaires.  

Les racines de cette approche participative commencent à s'implanter à Terre-Neuve-et-Labrador. Plusieurs participant.e.s à la discussion ont fait mention des projets auxquels ils et elles participent qui incluent des partenaires du monde universitaire, des organisations à but non lucratif et de la communauté des affaires. 

Avec l’objectif d’inviter plus de voix à la table, le plus grand défi consiste à faire en sorte que toutes les voix soient entendues. 

« Qu'il s'agisse de questions sociales ou de politique, nous devons nous assurer que nous honorons l'expérience vécue des gens et entendons vraiment leur voix », a déclaré Angela Crockwell, directrice générale de Thrive, une organisation dédiée au soutien des jeunes et à l’amélioration des services pour ces dernier.e.s. 

« Jusqu'à ce que nous fassions cela, parfois nous ne savons pas que nous excluons des gens ou qu'il existe des barrières à la participation de certain.e.s, parce que nous ne comprenons pas vraiment ».